Etre Fauconnier

* Traduction faite par L’AQFA de “Do You Really Want to be a Falconer ? ” (1988).
Cette traduction n’engage que l’AQFA.
Le masculin a été exclusivement utilisé dans le but d’alléger le texte.

Merci de vous informer de la fauconnerie. Vous avez peut-être lu sur cet art ancien dans un livre ou une revue, en entendu parlé à la télévision ou à la radio, dans un film ou même vu un faucon entraîné en action. Peu importe le cas, vous avez été, de toute évidence, suffisemment impressionné pour vouloir en apprendre plus sur le sport de la fauconnerie, et nous apprécions cet intérêt.

Cependant, peu de gens qui sont émerveillées pas la magie d’un rapace entraîné, réalisent les exigences demandées à un aspirant fauconnier. Encore beaucoup moins seraient prêts à faire ces sacrifices. Ils consistent en d’énormes engagements de temps, d’efforts et d’argent.

Parce que ce sport peut être excitant à regarder et qu’il véhicule avec lui l’intrigue de l’antiquité, la fauconnerie est souvent traitée de façon sensationnelle par les médias. Cependant ces derniers ne réussissent pas à décrire ce qu’il faut pour devenir fauconnier.

De tous les sports pratiqués en Amérique, la fauconnerie est le seul qui utilise un animal sauvage entraîné. Les faucons, les buses, les aigles et les hiboux sont des éléments essentiels de notre faune. Le fauconnier compétent prend grand soin de pratiquer ce sport en respectant les principes de la conservation. Même si les authorités gouvernementales fédérales (NDT: USA) considère que la fauconnerie n’a “pas d’impact” sur les populations sauvages de rapaces, un individu mal informé ou mal intentionné, en tentant de satisfaire une passion passsagère, peut causer des blessures à un ou à plusieurs oiseaux et ainsi faire du tort au sport de la fauconnerie. En conséquence, la plupart des fauconniers, avant d’accepter d’aider quelqu’un nouvellement attiré par ce sport, demanderont des preuves d’un sérieux et réel intérêt pour la fauconnerie. Ils considèrent que moins que cela ne vaut pas la peine de s’y pencher.

Un sérieux engagement démontré par un individu pour devenir fauconnier est souvent mis en évidence par un insatiable appétit pour la littérature traitant de la fauconnerie, un sincère intérêt pour tous les aspects des activités extérieures et par un persistant effort pour apprendre les fondements de cet art — tout cela avant d’obtenir un rapace. La majorité des fauconniers ont eu des débuts similaires et les débutants d’aujourd’hui doivent s’attendre à une période d’apprentissage. Si vous êtes encore convaincu que votre intérêt est profond et que vous désirez entreprendre l’étude de la fauconnerie avant d’avoir un rapace, vous devez aussi être préparé à remplir les exigences additionnelles afin de devenir fauconnier.

TEMPS

Le temps et la patience dévoués à l’entraînement et au vol d’un rapace sont parmi les demandes les plus importantes. Le rapace entraîné requière un minimum de temps chaque jour, 365 jours par année.De plus, un oiseau en entraînement demande significativement plus de temps. Les oiseaux de proie, contrairement à un fusil, ou à un arc, ne peuvent être accrochés au mur et oubliés jusqu’au prochain voyage de chasse. Si, pour quelque raison que ce soit, vous ne pouvez procurer le temps nécessaire aux soins d’un rapace, il est de loin préférable de ne jamais commencer.

ARGENT

Vous devez être en mesure de procurer nourriture, abris, équipement et transport et tant que fauconnier. Les rapaces ont des exigences spécifiques pour une viande fraîche, maigre et crue. Il y a l’hébergement et les équipements, la plupart d’entre eux contrôlés par la loi, qui demandent du métal, du cuir, du bois de construction, les outils nécessaires, aussi bien que l’habilité à travailler ces matériaux. Une librairie sur des volumes qui traitents de la fauconnerie n’est pas indispensable, mais la plupart des fauconniers dépensent des montants considérables d’argent pour des livres comme source vitale d’information et de plaisir. Vous devez être en mesure de voyager — pour vous procurer un rapace, visiter d’autres fauconniers, entraîner et voler votre rapace, tout ceci mettra plusieurs kilomètres sur un véhicule.

ACCÈS AU TERRITOIRE

Vous devez obtenir l’accès à des territoires adéquats au vol spécifique d’un rapace. Les éperviers et les buses sont à leur meilleur lorsque volés dans des boisés et des lisières forestières qui composent leur habitat naturel. Les faucons nécessitent de grandes étendues de terrain découvert où ils peuvent voler haut au dessus du fauconnier. Des régions chassées avec les armes à feu peuvent rendre des sites idéaux inutilisables à cause du danger potentiel pour les rapaces.

PERMIS

Parce que tous les rapaces sont protégés par des lois fédérales et d’états (NDT:USA), les fauconniers potentiels doivent obtenir les permis nécessaires avant de se procurer un rapace ou de pratiquer la fauconnerie. Il y a d’autres exigences que l’espace ne nous permet pas d’inclure ici. Nous souhaitons, cependant, que vous réalisez maintenant que l’art et la pratique de la fauconnerie ne peuvent être appris du jour au lendemain, ou après une seule leçon, mais seulement suite au travail acharné et à la dévotion complète de sa vie à ce sujet.

Que vous deveniez ou non fauconnier, nous espérons que vous maintiendrez un intérêt pour les oiseaux de proie, leur conservation et le sport de la fauconnerie.